Page:Lermina - L’effrayante aventure.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


portage au Nouvelliste de Paris, naguère attaché au Reporter que j’ai quitté à la suite de péripéties qui ne vous intéresseraient nullement et je viens vous prier, de m’accorder quelques minutes d’entretien…

— C’est bien vous dont la visite m’a été annoncée par Miss Redmore.

Labergère s’inclina — à la muette — ce qui n’était pas compromettant.

— Et vous venez pour m’entretenir de l’homme dont la photographie m’a été adressée, dans la lettre même qui m’avisait de votre visite…

Si maître de lui que fût le reporter en chef — du Nouvelliste — qui auparavant faisait partie de la rédaction du Reporter et n’avait quitté ce dernier journal pour aller chez son concurrent qu’à la suite de circonstances très simples dont nous dirons un mot tout à l’heure, — Labergère, disons-nous, eut un léger mouvement de surprise.

Il était parti de Paris le matin même et ignorait totalement qu’une Miss dont le nom lui était parfaitement inconnu eût annoncé sa visite… quant à la photographie dont il lui était parlé, il n’en savait pas davantage.