Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/106

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


REVENU MOYEN D’UN HECTARE PAR CLASSE DE TERRE.


1re classe 2e classe 3e classe 4e classe 5e classe
fr. fr. fr. fr. fr.
Suivant le cadastre 
58 48 34 20 8
D’après les baux du moment.(1852) 
80 78 69 50 40


« On voit combien se sont atténuées les différences dans un espace fort court. C’est de 32 p. 100 que comparativement aux évaluations cadastrales s’est élevé le revenu des terres de première classe, c’est de 250 et 500 p. 100 que s’est élevé celui des terres de quatrième et de cinquième classe. Or, le mouvement de progression n’est pas à son terme et a continué à se déclarer, et nous connaissons des communes où les terres désignées, il y a trente ans, comme les plus productives ne sont plus celles qui maintenant rendent aux propriétaires les plus hauts fermages[1]. »

Nous demandons au lecteur pardon de tous ces détails, de toutes ces citations. Peut-être en avons-nous abusé[2] ; mais le sujet est si grave, la théorie de Ricardo est si accréditée dans la science économique qu’il importe de lui opposer non seulement des raisonnements, mais des faits. Ou nous nous trompons fort, ou les constatations que nous venons de faire, à la suite de Carey et d’Hippolyte Passy, infirment dans sa portée pratique et dans ses conséquences sociales la fameuse théorie de l’économiste anglais. Un seul point reste vrai dans sa doctrine, c’est que dans le produit net de beaucoup de terres il y a une part, d’une importance très-variable, qui représente la supériorité naturelle de fertilité ou de situation sur d’autres terres en culture. Bastiat a eu tort de s’attaquer à une proposition aussi certaine. Mais ce qui est faux dans la théorie de Ricardo, c’est que la civilisation ait pour tendance de faire hausser graduellement, spontanément, la rente de la terre, indépendamment

  1. Hippolyte Passy, p. 56.
  2. Le grand rapport de M. Émile de Laveleye sur l’Agriculture belge en 1878 nous eût fourni beaucoup d’autres faits de même nature que ceux qu’ont recueillis Carey et Hippolyte Passy.