Page:Les Aventures de Huck Finn.djvu/190

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


tu ouvres trop la bouche pendant que nous serons dans cette ville, gare à toi.

— Oh ! reprit le roi d’une voix doucereuse qui m’effraya presque autant que la menace du duc, il nous connaît et on peut compter sur sa discrétion. Quant à nous, ajouta-t-il en s’adressant à son associé, comme nous ne savons pas au juste quel chemin ont suivi nos nègres, le mieux est de nous taire et de réaliser au plus vite.

— Si vous m’aviez écouté, riposta le duc, nous aurions déjà réalisé une jolie somme, les nègres seraient encore ici et nous n’y serions plus. Enfin, puisque le mal est fait, je ne tiens pas à partir les poches vides. Naturellement, vous n’avez jamais songé à emmener ces trois filles ?

— Parbleu ! nous les laisserons derrière nous à la première étape. La proposition a produit un bon effet, c’est tout ce que je voulais.

— À la bonne heure ! Mais il s’agit de nous entendre et d’arrêter nos plans.

Là-dessus, ils s’éloignèrent sans plus s’occuper de moi que si je n’existais pas.