Page:Les Aventures de Huck Finn.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Et je me remis à sangloter de plus belle.

— Voyons, ne te désole pas. Ils ne sont pas morts, hein ?

— Il ne s’en faut guère… Êtes-vous le veilleur du bac ?

— Oui, répliqua-t-il en se rengorgeant, je suis le capitaine, le propriétaire, le pilote et le veilleur. Trop souvent même je représente tous les passagers et tout le fret. Ah ! je ne suis pas aussi riche que mon ami Tom Hornback, qui distribue des pièces de 5 dollars sans se gêner. N’empêche pas que je ne changerais pas de place avec Tom Hornback. D’abord il ne boit que de l’eau, et…

Je crus qu’il n’en finirait jamais et je l’interrompis en disant :

— Ce n’est pas le moment de causer. Mon père, ma mère, ma sœur… et miss Hooker sont là-bas et si on ne va pas à leur secours, ils seront perdus.

— Là-bas ? Où ça ?

— À bord du steamer naufragé.

— Je le croyais coulé depuis longtemps. Bonté du ciel, que font-ils là ?

— Ils y sont contre leur gré, je vous en réponds. Au commencement de la soirée, miss Hooker est partie de… je ne me rappelle pas le nom… un endroit qui se trouve de l’autre côté du fleuve, presque en face du rocher.

— Bon, elle est partie de Bosh-Landing — continue.

— Justement. Eh bien, le conducteur du bac a perdu sa rame, le bac est allé se cogner contre le steamer échoué. Tout le monde a été noyé, excepté miss Hooker, qui s’est sauvée en s’accrochant à un cordage. Une heure plus tard, nous avons descendu le courant à notre tour ; il nous a entraînés vers le rocher et notre radeau s’est effondré ; mais nous avons réussi à grimper à bord.

— C’est bien le cas de dire : À quelque chose malheur est bon. Sans le steamer aucun de vous n’aurait pu tenir debout sur ce rocher à pic.

— Le steamer ne s’y tient pas d’aplomb non plus, il penche joliment… Nous nous sommes d’abord mis à pleurer et à crier, comme si