Page:Les Eddas, trad. Puget, 2e édition.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ne l’empêcha point de rechercher les dignités temporelles. Il se fit proclamer roi par plusieurs races africaines. L’idolâtrie date de Zoroastre ; quand on lui offrait des sacrifices, il était appelé Baal, et nous le nommons Bel. Il avait encore d’autres noms ; leur multiplicité étouffa la vérité. On adora des hommes, des quadrupèdes, des oiseaux, l’air, les astres, en un mot toutes les choses terrestres. L’erreur se répandit sur la terre ; elle y effaça si complètement la vérité, que personne, excepté le peuple hébreu, ne connaissait Dieu. Mais les hommes ne perdirent point les facultés qui leur avaient été données ; ils jugeaient de toute chose selon la raison humaine, et comprirent que l’univers avait été créé par une substance quelconque.

3. La terre était divisée en trois parties. La première commençait au sud, se prolongeait vers l’occident jusqu’à la Méditerranée ; on lui donna le nom d’Afrique. Son extrémité méridionale est chaude et brûlée par le soleil. La seconde partie s’étendait de l’ouest au nord jusqu’à la mer ; elle fut appelée Europe ou Enéa. Ses contrées septentrionales sont si froides, que l’herbe n’y végète point ; personne ne peut les habiter. Au nord, et vers l’orient jusqu’au sud, se trouve l’Asie. Cette partie de la terre doit la plupart de ses attraits à la richesse du sol, qui produit de l’or et des pierres précieuses : c’est le centre du monde. Le paysage y étant plus beau et le terrain de meilleure qualité qu’en d’autres pays, la race humaine y fut également plus