Page:Les Eddas, trad. Puget, 2e édition.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


16. Ganglere demanda : Est-ce véritablement du feu qui brûle sur ce pont? — Har répondit : La couleur rouge de l’arc-en-ciel est du feu. Les Hrimthursars et les géants des montagnes escaladeraient le ciel s’ils pou­vaient passer par le pont des Ases quand ils le veulent. On trouve dans le ciel beaucoup d’endroits agréables que les dieux protègent. Il y a sous le frêne Yggdrasel, et près de la fontaine d’Urd, un très-bel édifice d’où l’on voit sortir trois vierges nommées Urd, Verdande et Skuld. Ces vierges disposent de la vie de tous les hommes; ce sont les Nornes. Il y a plusieurs sortes de Nornes : celles qui assistent à la naissance des hommes pour leur donner la vie sont de race divine ; il y en a de la race des alfes et de la race des nains, comme il est dit dans ce passage :

« Toutes les Nornes n’ont pas, je crois, la même origine. Les unes sont de la famille des Ases, les autres de la race des alfes; quelques-unes sont filles de Dvalinn. »

Ganglere dit : Si la destinée des hommes dépend des Nornes, il faut convenir qu’elles y apportent une grande variété; les uns vivent dans l’abondance et les richesses, les autres sont heureux et célèbres ; il y en a qui vivent longtemps, d’autres peu de jours. — Har répondit : Les Nornes d’origine céleste donnent le bonheur; quand les hommes tombent dans l’infortune, c’est aux méchantes Nornes qu’il faut l’attribuer.

17. Ganglere demanda : Connaît-on encore d'autres