Page:Les Fouteries chantantes, 1791.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 3 )




PRÉFACE
EN POT-POURRI.


Air : On compterait les Diamans [ws 1].


Que chacun chante en ces bas lieux ;
Le Vaudeville est fait pour plaire :
Quant à moi, je fouts tout au mieux.
Oui, bien foutre, c’est mon affaire.
Mon seul plaisir est, sans façon,
De voir le cul de ma Déesse ;
Et lorsque je touche à son con,
Elle ne fait pas la tigresse.  (bis.)


Air : Du haut en bas [ws 2].


Du haut en bas,
Lorsque ses appas je farfouille
Du haut en bas,
En fouteur je fais des hélas !
Que le grondeur en vain bredouille,
Le feu me pénètre la couille
Du haut en bas.


  1. ndWs. Cf. recueil La clé du caveau, 423.
  2. ndWs. Cf. recueil La clé du caveau, 155.
A 2