Page:Les Fouteries chantantes, 1791.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 16 )

Et l’on dira, dans ce grand bien :
Fouteur foutu, je le vois bien.






LE DUEL PUNI.
OU
Retour d’un Fouteur aristocrate
revenant du Bois de Boulogne.

CHANSON FOUTRI-PATRIOTIQUE.


Dialogue entre Cazalès et une Branleuse
 de la rue Saint-Honoré.


Air : On compterait les Diamans [ws 1].


La Branleuse.


Quoi ! tu reviens, lâche coquin,
Me présenter ici ta pine ?
Tu crois qu’à te branler l’engin,
Ma main douillette se destine ?
Jean-foutre, ne l’espère pas :

  1. ndWs. Cf. recueil La clé du caveau, 423.