Page:Les Mille et Une Nuits, trad. Galland, Le Normant, 1806, II.djvu/254

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


HISTOIRE

DE NOUREDDIN ALI, ET DE
BEDREDDIN HASSAN.




« Commandeur des croyans, il y avoit autrefois en Égypte un sultan, grand observateur de la justice, bienfaisant, miséricordieux, libéral. Sa valeur le rendoit redoutable à ses voisins. Il aimoit les pauvres, et protégeoit les savans qu’il élevoit aux premières charges. Le visir de ce sultan étoit un homme prudent, sage, pénétrant, consommé dans les belles-lettres et dans toutes les sciences. Ce ministre avoit deux fils très-bien faits, et qui marchoient l’un et l’autre sur ses traces : l’aîné se nommoit Schemseddin[1] Mohammed, et le cadet

  1. Schemseddin signifie le soleil de la religion ; Mohammed est le même nom que Mahomet.