Page:Les Mille et Une Nuits, trad. Galland, Le Normant, 1806, III.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


HISTOIRE

QUE RACONTA LE TAILLEUR.




« Sire, un bourgeois de cette ville me fit l’honneur, il y a deux jours, de m’inviter à un festin qu’il donnoit hier matin à ses amis : je me rendis chez lui de très-bonne heure, et j’y trouvai environ vingt personnes.

» Nous n’attendions plus que le maître de la maison qui étoit sorti pour quelqu’affaire, lorsque nous le vîmes arriver accompagné d’un jeune étranger très-proprement habillé, fort bien fait, mais boiteux. Nous nous levâmes tous ; et pour faire honneur au maître du logis, nous priâmes le jeune homme de s’asseoir avec nous sur le sofa. Il étoit prêt à le faire, lorsqu’apercevant un bar-