Page:Les Mille et Une Nuits, trad. Galland, Le Normant, 1806, III.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LES

MILLE ET UNE NUITS,

CONTES ARABES.




CLe NUIT.




Sire, dit Scheherazade, le médecin juif voyant le sultan de Casgar disposé à l’entendre, prit ainsi la parole :