Page:Les Mille et Une Nuits, trad. Galland, Le Normant, 1806, IV.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


HISTOIRE

DE LA PRINCESSE BADOURE
APRÈS LA SÉPARATION DU PRINCE
CAMARALZAMAN.


La princesse dormit assez long-temps, et en s’éveillant, elle s’étonna que le prince Camaralzaman ne fût pas avec elle. Elle appela ses femmes, et elle leur demenda si elles ne savoient pas où il étit. Dans le temps qu’elles lui assuroient qu’elles l’avoient vu entrer, mais qu’elles ne l’avoient pas vu sortir, elle s’aperçut, en reprenant sa ceinture, que la petite bourse étoit ouverte, et que son talisman n’y étoit plus. Elle ne douta pas que Camaralzaman ne l’eût pris pour voir ce que c’étoit, et qu’il ne le lui rapportât. Elle l’attendit jusqu’au soir avec de grandes impatiences, et elle ne pouvoit comprendre ce qui pouvoit l’obliger d’être éloigné