Page:Les anciens couvents de Lyon.pdf/252

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
235
LES CÉLESTINS


frère convers célestin

Parmi les maisons de Célestins fondées en France se trouvait, aux flancs du mont Pilat, celle de Colombier, près d’Annonay. En 1390, le P. Yves Grossi en fut nommé prieur. Ayant eu connaissance de la révélation faite par Dieu à Pierre de Mouron, logeant chez les Templiers, lors de son passage à Lyon, il désira que cette révélation fût accomplie. En conséquence, avec la permission du R. P. Pierre Poqueti, provincial, ce bon Père et avec luytous ses religieux présentèrent requeste au S. Père Benoit XIII séant en Avignon et Boniface IX à Rome, demandant de permettre aux Pères Célestins de Colombier de vendre ou eschanger tous les biens et revenus de leur fondation, pour bastir un monastère de leur ordre dans la ville de Lyon et en la maison du comte de Savoie Amédée, appelée le Temple, alléguant à ce sujet les grandes guerres des Anglais dans la France et les continuelles attaques du seigneur d’Annonay, allié au parti de la couronne d’Angleterre, qui tous ruinoient toutes leurs possessions et empeschoient les religieux de faire le divin service et les dévots exercices de leur vocation. Cette demande leur feut accordée par bulle en 1396… mais l’exécution en feut suspendue…

« Le P. Yves Grossi, prieur de Colombier, estant mort en 1401, le P. Jean Siméon, son successeur, poursuivit le bon succès de cest établissement avec grand zèle, et en 1405, accompagnant le R. Père