Page:Les anciens couvents de Lyon.pdf/344

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
327
COMMANDERIE DE SAINT-GEORGES

accorda, en 1504, aux Lyonnais l’usage du beurre et du lait pendant la sainte quarantaine du Carême, à la charge de contribuer aux réparations de cet hôpital.

La chapelle de Saint-Roch, hors des murs, était située sur la colline de Saint-Just. Elle avait été élevée après un vœu public fait en 1577, alors que la peste désolait la ville. Elle était très fréquentée ; les paroisses, les associations s’y rendaient en processions solennelles ; la royale compagnie des pénitents de Notre-Dame-du-Confalon y avait fait bâtir un autel.

L’ordre du Verbe-Incarné fut fondé en 1625 à Roanne, par Jeanne Chesard de Matel ; il fut transféré à Lyon en 1627. Cet ordre, après avoir subi l’infortune commune à l’époque de la Révolution, ressuscita à Lyon en 1832. Nous le retrouverons plus tard. Revenons à la Commanderie, que nous n’avons du reste pas quittée.

Non seulement son action rayonnait autour d’elle, mais elle s’étendait plus loin ; elle arriva à se trouver à la tête de plusieurs autres commanderies qui étaient appelées membres de Saint-Georges ; c’étaient celles de Vaux, dont dépendait Saint-Laurent-de-Mure ; Tirieu en Dauphiné ; Némitanay, près de Montluel ; Bessey et Violey, près la Tour-du-Pin ; Charvieux et Pommiers, dans l’Isère ; Monteriade, près de Crémieux ; Montchausson, entre Sainte-Consorce et Marcy, dans le Rhône.

Il nous reste des pièces par lesquelles il est facile de constater que les intérêts des chevaliers s’étendaient encore en d’autres localités. Ils en avaient à Venissieux et à Bron, mandement de Béchevelin. En 1543, des arbitres prononcent une sentence entre Antoine de Groslée, commandeur, et Étienne de Rivoire, prieur de la Platière, au sujet de la directe prétendue entre les dites parties, et il est conclu que, de la rue Neuve-Besson jusqu’à la recluserie de Saint-Sébastien, la directe appartiendra aux chevaliers de Saint-Georges. En 1672, les revenus de Lagneux furent saisis, faute de prestation « de foy et homage ». En 1708 est prononcée une sentence par laquelle le prévôt des marchands et les échevins de Lyon sont con-