Page:Les architectes élèves de l’Ecole des beaux-arts, 1793-1907.djvu/144

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
120
LES ARCHITECTES ÉLÈVES DE L'ÉCOLE DES BEAUX-ARTS

PROVINCE

Écoles régionales des Beaux-Arts ([1]).

Créées en 1904 et 1906, à Lille, Lyon, Marseille, Rennes, Rouen.

Écoles municipales des Beaux-Arts.

A Douai, Toulouse. Bordeaux, Tours. Angers, Nice, Valenciennes.

Écoles académiques du Nord.

Le mouvement artistique, très développé dans les provinces de l’ancienne France, amena en 1744 et 1783, la fondation des Académies de Lille et de Valenciennes ; qui, comme l’Académie royale de Paris, développèrent l’enseignement par des concours avec prix dans chaque section et la création de chaires et de cours divers.

Les académies de Lille, grâce aux libéralités du chevalier Wicar, instituèrent une pension à Rome pour les lauréats : Carlos Batteur, Salomez, Gherquier, Maurice Batteur en ont bénéficié.

Benvignat, à son retour de l’école des Beaux-Arts de Paris, où il avait été envoyé, fut longtemps professeur d’architecture à Lille ; il eut pour successeurs Contamine, et Vandenbergh.

L’école municipale d’architecture de Lille, est devenue en 1905 école régionale, affiliée à l’école des Beaux-Arts; directeur actuel J. Batigny, trois ateliers : professeurs Cordonnier, Batigny, et Mollet. Plusieurs élèves ont été reçus aux concours d’admission de 1906 et 1907.

A Valenciennes, les académies de peinture et de sculpture furent créées en 1785, par l’échevin Pujol de Mortry, et affiliées à l’académie royale de Paris, sous la direction du comte d’Angivilliers, une école de mathématique et d’architecture fut établie au Collège.

Aubert Parent, architecte et sculpteur, organisa en 1813, l’académie d’architecture ; ses successeurs furent J.B. Bernard, Pétiaux, Dussart. Les principaux élèves ont été Guillaume, Moyaux, Batigny, Petiaux, Dutouquet, Thibeau, Sirot, Dussart, soit 2 grand-prix et plusieurs seconds grand-prix. Le prix Mathieu de Quinvignies permet d’entretenir plusieurs pensionnaires à Paris.

Les écoles académiques de Douai sont municipales, mais subventionnées par l’État; elles datent de 1770; elles purent traverser la période révolutionnaire sans sombrer; le cours d’architecture fondé en 1782 eut Fradiel pour premier titulaire; ses successeurs furent Pierre Mallet, 1805: Auguste Mallet, 1807; Emile Mallet, 1849; Auguste Pepe, 1862; Guillet, 1868; Neveux, 1886; Sirot, 1899. Ce cours comprend actuellement 90 élèves en 2 sections; un grand nombre d’entre eux sont ensuite admis à l’École nationale des Beaux-Arts; deux grand-prix, un 2° grand-prix, de nombreux diplômés ont été d’anciens élèves de l’école académique de Douai.

Plusieurs grandes villes du Nord : Dunkerque, Roubaix, Tourcoing possèdent des cours élémentaires d’architecture, fondés récemment par les municipalités.

ANGLETERRE

Royal Institute of Bristish Architects.

Le Royal Institute of British Architects développe l’enseignement de l’architecture, publie des ouvrages, et organise les concours publics.

TURQUIE

École des Beaux-Arts à Constantinople.

Fondée en 1883, sous la direction de Hamdy-bey, du musée impérial. — La section d’architecture est divisée en 3 classes ou ateliers. — 20 élèves par an ; professeur d’architecture : Vallaury.

AMÉRIQUE

Hunt, en 1865, a fondé un atelier sur le même mode d’enseignement que l’école des Beaux-Arts de Paris.

Masqueray, en 1893, a créé un atelier déjà très nombreux et formé un groupe important d’élèves, venus ensuite à Paris compléter à l’Ecole des Beaux-Arts leurs études d’architecture.

  1. Voir règlement de l’École, page 117.