Page:Level - L’Épouvante, 1908.djvu/227

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
222
L’ÉPOUVANTE

endroits des flocons d’étoupe jaunâtre, et, à un porte-manteau planté de côté, pendait une vieille jupe de femme. Ce fut seulement après avoir regardé pendant un moment tout cela que le souvenir de son retour chez lui, de sa course à travers Paris, au hasard des boulevards et des rues et de sa certitude d’avoir été suivi, au moins depuis le Luxembourg, lui revint. Il essaya de raisonner froidement :

— Il avait été suivi ?… Était-ce bien vraisemblable ?… Pourquoi choisir l’hypothèse la plus compliquée alors qu’il était si simple et si naturel de croire que l’homme qu’il avait croisé en haut du boulevard Saint-Michel, était un paisible passant ?… Cet homme avait exactement suivi sa route… Et après ? Il n’était pas dans un quartier perdu, en rase campagne !… L’homme pouvait fort bien rentrer chez lui, et pourtant il n’avait pu se défendre de frissonner quand leurs regards s’étaient croisés. Son angoisse un instant apaisée le reprit. Il sentit le froid et la tristesse morne de cette chambre de rencontre, décor de drame pauvre, taudis où avaient défilé sans doute toutes les laideurs et toutes les misères des hommes. Il