Page:Lewis Caroll - Alice au pays des merveilles, traduction Henri Bué.djvu/118

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE VII.
UN THÉ DE FOUS.

Il y avait une table servie sous un arbre devant la maison, et le Lièvre y prenait le thé avec le Chapelier. Un Loir profondément endormi était assis entre les deux autres qui s’en servaient comme d’un coussin, le coude appuyé sur lui et causant par-dessus sa tête. « Bien gênant pour le Loir, » pensa Alice. « Mais comme il est endormi je suppose que cela lui est égal. »

Bien que la table fût très-grande, ils étaient tous trois serrés l’un contre l’autre à un des coins. « Il n’y a pas de place ! Il n’y a pas de place ! » crièrent-ils en voyant Alice. « Il y a abondance