Page:Linas - Les origines de l’orfévrerie cloisonnée, I.djvu/9

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
LES ORIGINES


DE L’ORFÉVRERIE


CLOISONNÉE


RECHERCHES
SUR LES DIVERS GENRES D’INCRUSTATION, LA JOAILLERIE
ET L’ART DES MÉTAUX PRÉCIEUX


PAR


CHARLES DE LINAS


Membre titulaire non résidant du Comité des Travaux historiques et des Sociétés savantes,

au Ministère de l’Instruction publique ;
Associé correspondant de la Société des Antiquaires de France ;
Membre de l’Académie d’Arras ;
Correspondant de la Commission de la Topographie des Gaules ;
Correspondant de la Société des Sciences de Lille, de la Société des Antiquaires de la Morinie,
de la Société impériale archéologique Russe,
de l’Académie royale d’Histoire de Madrid et de l’Académie d’archéologie de Belgique ;
Membre honoraire de la Société archéologique de Moscou
et de la Société académique Roumaine de Bucarest,

Etc., etc.



____


TOME PREMIER.
____



ARRAS
||
PARIS
LIBRAIRIE
||
LIBRAIRIE
DE LA SOCIÉTÉ DU PAS-DE-CALAIS
||
D’ÉDOUARD DIDRON, ÉDITEUR,
Rue d’Amiens, 43
||
Rue St-Dominique, 23
MDCCCLXXVII