Page:Lissagaray - Histoire de la Commune de 1871, MS.djvu/489

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Les massacres, les déportations, l’exil n’avaient pas tué le parti socialiste, comme M. Thiers l’avait annoncé à l’Assemblée rurale. Pendant sept années de léthargie apparente, l’Allemagne avait fait l’intervie. C’est de la Commune que date son ère de socialisme militant. La lutte de Paris contre Versailles était devenue populaire en Allemagne et cette histoire servait de thèse aux nombreux orateurs du parti. Plus disciplinés qu’en France, écoutant des guides sûrs comme Bebel, Liebknecht, possédant de nombreux journaux, les socialistes avaient au Reichstag douze députés en 78 et Bismarck disait à la tribune « l’Allemagne est devenue le champ clos des agitations avec lesquelles la France en a fini. » Il se trompait comme M. Thiers pour la France. Après sept ans le parti socialiste reparaissait jeune, vigoureux, précis, tel qu’il se montrait aux dernières années de l’Empire, avec le programme des 63, assez en nombre pour provoquer à Paris un congrès international.

Le 30 Janvier 79, le pourfendeur Mac-Mahon s’évadait de la présidence sous prétexte de généraux mis au rancart ; en réalité pour ne pas voir mettre en accusation ses complices du 16 Mai. Comme M. Thiers, le boucher de Paris échappa au châtiment ; quatorze ans plus tard, ce politicien militaire qui pour éviter la République avait conduit la France à Sedan, pour sauver les ruraux massacré par monceaux les Parisiens, pour grandir les curés alarmé plusieurs années la France, s’achemina doucement vers la gloire des Invalides. Il n’y a pas de justice, pour ces grands criminels, hors les heures de révolution.

Grévy prit sa place le soir même à huit heures. Le populo républicain tint cet avènement à victoire. C’était le premier président de la République qui fût républicain et n’eût pas fusillé. L’ère républicaine avait le champ libre. Justement les élections sénatoriales de janvier avaient donné au Sénat une majorité républicaine de cinquante voix. Cette fois l’amnistie était non seulement possible, elle s’imposait. Est-ce que le chef du cabinet Waddington n’avait pas pour secrétaire un condamné à mort des conseils de guerre rencontré à Berlin et par lui ramené à Paris.