Page:Liszt - F. Chopin, 1879.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cupation du beau pour lui-même qui, en faisant dédaigner à Chopin la propension commune de répartir entre une centaine de pupitres chaque brin de mélodie, lui permit d’augmenter les ressources de l’art en enseignant à les concentrer dans un moindre espace !

Loin d’ambitionner les fracas de l’orchestre, Chopin se contenta de voir sa pensée intégralement reproduite sur l’ivoire du clavier, réussissant dans son but de ne lui rien faire perdre en énergie sans prétendre aux effets d’ensemble et à la brosse du décorateur. On n’a point encore assez sérieusement et assez attentivement apprécié la valeur du dessin de ce burin délicat, habitué qu’on est de nos jours à ne considérer comme compositeurs dignes d’un grand nom que ceux qui ont laissé pour le moins une demi-douzaine d’opéras, autant d’oratorios et quelques symphonies, demandant ainsi à chaque musicien de faire tout, même un peu plus que tout. Cette manière d’évaluer le génie, qui par essence est une qualité, à la quantité et à la dimension de ses œuvres, si généralement répandue qu’elle soit, n’en est pas moins d’une justesse très-problématique !

Personne ne voudrait contester la gloire plus difficile à obtenir et la supériorité réelle des chantres épiques , qui déploient sur un large plan leurs splendides créations. Mais nous désirerions qu’on applique à la musique le prix qu’on met aux proportions matérielles dans les autres branches des beaux-arts et qui, en