Page:Liszt - F. Chopin, 1879.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aux mortels quelque suave profil, du milieu des changeantes nuées.

Les essais classiques de Chopin brillent pourtant par une rare distinction de style, ils renferment des passages d’un haut intérêt, des morceaux d’une surprenante grandeur. Nous citerons l’Adagio du second Concerto, pour lequel il avait une prédilection marquée et qu’il se plaisait à redire fréquemment. Les dessins accessoires appartiennent à la plus belle manière de l’auteur, la phrase principale en est d’une largeur admirable ; elle alterne avec un récitatif qui pose le ton mineur et qui en est comme l’antistrophe. Tout ce morceau est d’une idéale perfection. Son sentiment, tour à tour radieux et plein d’apitoiement, fait songer à un magnifique paysage inondé de lumière, à quelque fortunée vallée de Tempé, qu’on aurait fixée pour être le lieu d’un récit lamentable, d’une scène poignante. On dirait un irréparable malheur accueillant le cœur humain en face d’une incomparable splendeur de la nature. Ce contraste est soutenu par une fusion de tons, une transmutation de teintes atténéries, qui empêche que rien de heurté ou de brusque ne vienne faire dissonance à l’impression émouvante qu’il produit, laquelle mélancolise la joie et en même temps rassérène la douleur !

Pourrions-nous ne pas parler de la Marche funèbre intercalée dans sa première sonate, orchestrée et exécutée pour la première fois à la cérémonie de ses