Page:Littré - Dictionnaire, 1873, T1, A-B.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


DICTIONNAIRE

DE LA

LANGUE FRANÇAISE.

___________________________________________________________________
___________________________________________________________________

A

A (â), s. m. Voyelle et première lettre de l’alphabet. Un grand A. Un petit A. Deux A. Des A mal formés, sans s au pluriel. Il y a une géométrie matérielle qui se contente de lignes, de points, d’A + B, chateaub.. Gén. du Chr. III, II, 1. Une panse d’a, la première partie d’un petit a dans l’écriture cursive. N’avoir pas fait une panse d’a, c’est-à-dire n’avoir rien écrit, rien copié, rien composé. Si je voulais recevoir tous les ans vos quatre mille livres, sans faire jamais une panse d’a, vous seriez l’homme le plus propre à vous laisser faire, VOIT. Lett. clxxxiv. Ne savoir ni A ni B, ne pas savoir lire, être très ignorant (voy. a b c). Il est marqué à l’A se dit d’un homme de bien, d’honneur et de mérite ; et ce proverbe est emprunté des monnaies qu’on marquait aux villes de France par ordre alphabétique, selon leur primauté : la monnaie de Paris, réputée du meilleur aloi, était marquée de l’A. || A, dans la musique moderne et notamment dans la musique allemande, le sixième degré de la gamme diatonique et naturelle, ou la dixième corde de la gamme diatonico-chromatique, appelé dans l’ancien solfège a la mi ré, a mi la, ou la. A majuscule, écrit sur une partition, indique l’alto.

hist. xiiie s. Oiez que tesmoigne li A ; A veut tous tems qu’on la bouche oevre ; Tuit [tout] prelat beent à ceste oevre. Icil qui l’A B C para, Fist le commencement par A, Senefiance de l’a b c, jubin, ii 276.

étym. [a latin, lequel vient de l’a grec, lequel a été apporté par les Phéniciens sous le nom d’ alpha (voy. ce mot).

A (a), 3e pers. sing. ind. prés. du verbe avoir.

À (a) prép. Lorsque à précède l’article masculin suivi d’une consonne autre que l’ h muette, on les contracte en au pour à le ; lorsqu’il précède l’article pluriel des deux genres, on les contracte en aux pour à les.

rem. Ces formes proviennent de l’ancienne langue : à le se disait al, qui devant une consonne se prononçait ordinairement au, comme on le voit dans autre, écrit anciennement altre et venant du latin alter. Pour le pluriel, à les se contractait en as ou aus ; d’où notre forme aux.

À exprime trois rapports différents : direction, aller à Paris ; repos, résider à Paris ; extraction, prendre à un tas. Quand, partant de ces trois significations fondamentales, on examine les acceptions telles qu’elles se comportent dans le langage, on rencontre une variété extrême de nuances, qui rend très difficile le classement des sens. Un mot aussi petit et aussi employé que à est devenu très indéterminé, de manière à se prêter à une foule d’emplois différents. Comme toute préposition, il exprime un rapport, et ne peut être bien apprécié


indépendamment des deux termes qu’il lie, aussi bien l’antécédent que le conséquent. Au lieu de la classification par significations, on peut adopter une classification d’après les deux termes du rapport où à figure, le sens étant aussi bien déterminé, en beaucoup de cas, par le mot qui précède que par le mot qui suit. En conséquence, on peut considérer à dans les positions suivantes :

Entre un substantif et un substantif ou un pronom. Séjour à Paris. Habitation à la campagne. La vie aux champs. Retour à la ville. L’ascension au haut du pic. L’orientation au nord. La remise à un autre temps. Le recours au juge. Le discours au roi. La réponse à une lettre. L’élévation aux dignités. La disposition à la plaisanterie. La préparation à la communion. La contribution au fonds commun. La légèreté à la course. Le lion à la gueule menaçante. Terre à potier. Vases à huile. Marché aux boeufs. Cruche à anses. Chaise à porteurs. Terre à blé. Tunique à manches. L’emprunt au banquier. L’achat au marchand. La demande au professeur. La suspension au plancher. L’arrachement à toutes les affections. La répugnance au mariage. Le manquement au devoir. L’obéissance au maître. Il n’est rien de cela aux exemples des payens ; nous n’avons pas de liaison à eux, PASC. Pens. II, 17. Je méditais ma fuite aux terres étrangères, RAC. Baj. III, 2.

Entre un substantif et un pronom, construction où à exprime la possession. Un ami à moi. C’est un ami à moi ; je vous le recommande. Il a un style à lui. Vous avez une manière à vous.

Entre un substantif et un verbe. L’exhortation à combattre. L’encouragement à bien vivre. La disposition à plaisanter. La promptitude à faire. L’habileté à parler. La facilité à comprendre. La répugnance à venir. Le plaisir à obéir. La fermeté à soutenir la vérité. La honte à mentir. Quelque effort que l’on fasse à rompre vos beaux noeuds, CORN. Her. I, 4. Il n’a pas de peine à se rendre, LA FONT. Fab. VIII, 7, 4. Les biais qu’on doit prendre à terminer vos voeux, MOL. l’Étourdi, IV, 1.

Entre un adjectif et un substantif ou un pronom. Exposé au midi. Porté à la violence. Enclin au mal. Prêt au combat. Parti hostile au gouvernement. Obéissant à la loi. Nuisible à la santé. Plaisant à l’oeil. Important à l’État. Habitué aux théâtres. Utile à tous, propre au travail. Affable aux petits. Semblable au loup. Égal aux plus grands. Sa mort fut conforme à sa vie. Attaché à ses habitudes. Rebelle à l’autorité. Répugnant aux sens. Il est loisible à tout homme de.... Il était naturel à Adam et juste à son innocence, PASC. édit. Cousin. Ils étaient cruels à ceux qui leur résistaient, boss. Hist. iii, 6.

Entre un adjectif et un verbe. Disposé à mé-


dire. Prêt à partir. Enclin à ne rien faire. Facile à apprendre. Important à comprendre. Chose honteuse à dire. Charmant à contempler. Agréable à faire. Inutile à dire. Le dernier à fuir. Le premier à s’élancer. Prompt à se mettre en colère. Habile à parler. Propre à supporter les fatigues. C’est bientôt le premier à prendre, LA FONT. Fab. VIII, 7.... Les riches grossiers N’ont pas une âme ouverte à sentir les talents, A. CHÉN. 26.

Entre un adverbe et un nom ou un pronom. Conformément à ce que vous dites Semblablement aux feuilles des arbres, les générations humaines se succèdent sur la terre.

Entre le même mot répété sans article, indiquant que personnes ou choses se suivent ou se touchent. Un à un. Trois à trois. Il passèrent un à un. On les compta trois à trois. Goutte à goutte. Seul à seul. Tête à tête. Ils s’introduisirent homme à homme. Pas à pas. Mot à mot. Traduire mot à mot. Corps à corps. Lutte corps à corps. Bec à bec. Bout à bout. En termes de jeu, nous sommes fiche à fiche, dix à dix, nous avons chacun une fiche, dix points ; et même, elliptiquement, nous sommes fiche à, dix à.

Entre un verbe ayant à pour complément indirect et un substantif ou un pronom. Se rendre à la ville. Reléguer aux champs. Recevoir au camp. Aller à Rouen, à la campagne. Monter au ciel. Envoyer un livre à quelqu’un. Monter à cheval. être tourné à l’est. être exposé au danger. Jeter quelqu’un à terre. Jeter à l’eau. Revenir à soi. J’en viens à un autre objet. Courir à sa perte. Appeler aux armes. Exhorter au travail. Recourir au juge. Descendre aux dernières prières. S’adresser à ses amis. Réduire à l’extrémité. Arracher quelqu’un à son opinion. Élever au rang suprême. Courir au danger. Se préparer au combat. Lever les mains au ciel. Accorder la récompense au mérite. Devoir de l’argent à quelqu’un. Exposer au péril. Se rendre à César. Écrire à quelqu’un. Enseigner les lettres aux jeunes gens. Ajouter à quelque chose. Imputer à crime. Assister au jugement. Plaire à quelqu’un. Il importe à tout le monde. Elle pense à moi. Il s’accoutume à l’obéissance. Ce vêtement sied bien aux hommes âgés. Il convient à chacun. Ce livre appartient à mon frère. Se joindre à une compagnie. Mettre une chose à sa place. Associer sa cause au salut public. Faire part de sa gloire à quelqu’un. Mêler de l’huile à de la chaux. Comparer Aristote à Platon. Répondre à l’amour. Répugner à certaines démarches. Le chien ressemble au loup. Conformer sa vie aux préceptes de la sagesse. Condamner à mort, aux galères. Puiser de l’eau à une fontaine. Boire à la source. Prendre au tas. Demander quelque chose à quelqu’un. Allumer une


dict. de la langue française. - 1 1 - I