Page:Littré - Pathologie verbale ou lésions de certains mots dans le cours de l’usage.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


moins reculée ; pourtant lui aussi représente un état de choses où la paissance tient un haut rang dans la fortune des hommes ; c’est que l’invasion germanique, à laquelle le mot gagner appartient, avait reproduit quelqu’une des conditions d’une société pastorale.

Galetas. — Quelle déchéance ! À l’origine, galetas est le nom d’une tour de Constantinople. Puis ce mot vient à signifier un appartement dans la maison des templiers, à la Cour des comptes, et une partie importante d’un grand château. La chute n’est pas encore complète ; mais, au quinzième siècle, le sens s’amoindrit ; et, au seizième, le galetas est devenu ce que nous le voyons. C’est bien la peine de venir des bords du Bosphore pour se dégrader si misérablement. N’est-ce pas ainsi que l’on voit des familles descendre peu à peu des hauts rangs et se perdre dans la misère et l’oubli de soi-même ?

Garce, garçon, gars. — Ces trois mots n’en font qu’un, proprement : gars est le nominatif, du bas latin garcio, avec l’accent sur gar ; garçon est le régime, de garciónem, avec l’accent sur o : garce est le féminin de gars. Dans l’ancienne langue, gars, garçon, signifie enfant mâle, jeune homme ; mais, de bonne heure, il s’y mêle un