Page:Littré - Pathologie verbale ou lésions de certains mots dans le cours de l’usage.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


zième, les deux acceptions vécurent côte à côte. Mais on se lassa de l’équivoque qui était ainsi entretenue. Le sens de protéger tomba en désuétude ; celui d’attaquer, malmener, prit le dessus. Enfin, par une dernière mutation, la langue moderne en fit un synonyme de gronder, malmener en paroles.

Tante. — Tante, avec sont t mis en tête du mot, est un cas de monstruosité linguistique. La forme ancienne est ante, dont la légitimité ne peut être sujette à aucun doute ; car ante représente exactement le latin amita, avec l’accent sur a. Mais tandis que la pathologie dans les mots ne les atteint que postérieurement et après une existence plus ou moins longue, ici l’altération remonte fort haut. On n’a que des conjectures (qu’on peut voir dans mon dictionnaire) sur l’introduction de ce t parasite, qui déforme le mot. Ce fut un malin destin qui donna le triomphe au déformé sur le bien conformé ; car c’est toujours un mal quand les étymologies se troublent et que des excroissances défigurent les linéaments réguliers d’un mot bien dérivé.

Tapinois. — Un mot est lésé et montre des signes de pathologie, quand il perd son office général, et que, mutilé dans son expansion, il