Page:Londres - Le chemin de Buenos-Aires, 1927.djvu/181

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
183
LE CHEMIN DE BUENOS-AIRES

Parfois la police fait irruption dans la Casita. Alors les mendiants lèvent les bras docilement. Et la fouille commence. J’ai vu cela, cette nuit, rue Necochea. La jeune Juive ouvrait justement sa porte à ce moment. Elle ne devait pas avoir quitté son ghetto depuis longtemps. Elle était toute fraîche et toute retournée.

Ces quinze hommes, les bras dressés, semblaient balancer des palmes en son honneur.

Hosanna !