Page:Londres - Marseille porte du Sud, 1927.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
160
MARSEILLE, PORTE DU SUD


vieilles baraques, anciennement militaires, s’offrirent à la vue des fils d’Asie.

— Ça va ! firent-ils. Maintenant, laissez-nous.

De cela, il y a trois ans.

On les a bien laissés !

Ils sont par deux cents dans ces baraques.

Un chiffon sépare, seul, le box de chaque famille.

On y dort, la tête chez le locataire de droite, les pieds chez le locataire de gauche. On couche avec la fille du voisin, croyant coucher avec sa femme.

— Oh ! là… Marseille, je te préviens, tu les as oubliés, mais ils seront le double bientôt, si tu les laisses faire — encore que je ne compte pas les jumeaux !… Il est vrai que le choléra n’est peut-être pas très loin !