Page:Lope de Vega - Théâtre traduction Damas-Hinard tome 2.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Delfa.

Quoi ! tu l’as aimé à ce point ?


Nicèle.

Il règne dans mon imagination, dans mon âme, comme au premier jour. Ce qui augmente ma peine, c’est de songer qu’un esclave qui a été à mon service soit arrivé à tant de grandeur et de pouvoir. Et quand je vois que Joseph s’est marié et qu’il a des fils d’une autre femme, mon amour se change en fureur. — Car Joseph a deux fils, Ephraïm et Manassé.


Delfa.

Se peut-il qu’après si longtemps tu te souviennes encore de lui ?


Nicèle.

Seulement plus grande est ma douleur ; car l’amour entretient cette passion opiniâtre, et je suis sans espoir.


Delfa.

Le voici qui arrive. Éloignons-nous.


Nicèle.

Hélas ! eussé-je pu croire que, pour augmenter mon envie, je verrais mon ancien esclave à un si haut point de grandeur !

On entend la musique. — Joseph s’avance sur un char de triomphe. Assiris et Putiphar vont à pied, chacun d’un côté du char. — De nombreux serviteurs répandent des rameaux et des fleurs sur son passage.

Joseph.

Voilà sept années entières que la volonté du ciel m’a accordé le triomphe sur mes ennemis. Voilà sept années que le roi m’a accordé sa confiance. Mais, bien qu’il m’ait donné une partie de sa gloire, comme le soleil communique à la lune sa lumière[1], ce n’est point de lui qu’est venue ma prospérité. C’est Dieu qui meut à son gré toutes les choses du monde ; c’est de Dieu que viennent la vie et l’honneur ; c’est Dieu qui crée et soutient le faible et le timide ; c’est Dieu qui établit les rois eux-mêmes ; et tout ce qui arrive dans les empires a son principe en Dieu, et non pas dans les rois !


Putiphar.

Noble sauveur du monde, — car c’est avec justice que Pharaon a voulu que tu fusses appelé de ce nom, — grâce à toi, ce pays se voit libre et dans l’abondance, tandis que la terre souffre là où tu n’es pas. L’Égypte te doit son salut. Sans toi, sans ta sagesse, elle aurait succombé à cette affreuse disette, et toutes choses seraient retombées dans le chaos.


Joseph.

Qu’en rentrant au palais on donne audience aux humbles et aux affligés, et en ayant soin de ne point les faire attendre ; et que les biens de la terre, qui sont l’héritage de la race humaine, soient égale-

  1. ...El rey, cuyos dorados velos
    Me ha dado como el sol los da á la luna.