Page:Lorin - Les gens !, 1882.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


<poem> De rêveurs, qui riment des vers,