Page:Lorin - Les gens !, 1882.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


<poem> D’aucuns frappent des animaux Qu’ils accrochent à des voitures, Sans souci de leurs courbatures, En leur disant de vilains mots !

Et tous passent et disparaissent !