Page:Lorin - Les gens !, 1882.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


<poem> Les uns à d’autres s’intéressent, Leur prennent les mains et les pressent... D’autres restent indifférents !