Page:Louÿs - Aphrodite. Mœurs antiques, 1896.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lois en vigueur à un an de prison. — D’ailleurs, ces philosophes austères étaient regardés généralement par la société antique comme des fous malades et dangereux : on les bafouait sur toutes les scènes ; on les rouait de coups dans la rue ; les tyrans les prenaient pour bouffons de leur cour et les citoyens libres les exilaient quand ils ne les jugeaient pas dignes de subir la peine capitale.

C’est donc par une supercherie consciente et volontaire que les éducateurs modernes, depuis la Renaissance jusqu’à l'heure actuelle, ont représenté la morale antique comme l'inspiratrice de leurs étroites vertus. Si cette morale fut grande, si elle mérite en effet d’être prise pour modèle et d’être obéie, c’est précisément parce que nulle n’a mieux su distinguer le juste de l'injuste selon un critérium de beauté, proclamer le droit qu'a tout homme de rechercher le bonheur individuel dans les limites où il est borné par le droit semblable d'autrui, et déclarer qu’il n’y a sous le soleil rien de plus sacré que l'amour physique, rien de plus beau que le corps humain.

Telle était la morale du peuple qui a bâti l’Acropole ; et si j’ajoute qu’elle est restée celle de tous