Page:Louÿs - Le Crépuscule des nymphes, 1925.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Cette histoire causa quelque scandale, et les femmes ne furent pas éloignées de penser que Biôn était un homme abominable. Ce fut bien pis quand Rhéa, qui voulait toujours connaître la fin dernière des récits et le sort de tous les personnages, eût demandé :

« Qu’arriva-t-il ensuite ? »

Car Clinias termina ainsi :

« Avant le soir du même jour, Biôn la vendit comme esclave à un chef nomade de la plaine, et il ne sait ce qu’elle est devenue ».

Les femmes s’indignèrent, mais Thrasès parlait déjà :