Page:Louÿs - Le Crépuscule des nymphes, 1925.djvu/130

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


qui gravissait toujours la mystérieuse montagne, entendait dans le lointain, deux voix claires ensemble appelant :

« Byblis ! »