Page:Louÿs - Le Crépuscule des nymphes, 1925.djvu/162

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


conques afin que même la brise du matin n’en fît pas vibrer la rumeur lointaine, et ils s’avançaient gauchement comme s’ils avaient peur de remuer la mer. Mais le sillage de cette multitude s’épanouissait jusqu’aux deux horizons.