Page:Louÿs - Le Crépuscule des nymphes, 1925.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Alors elle ôta sa couronne de feuilles d’eau, la laissa choir dans le courant, et défit sa chevelure bleue et y pleura.

Quand elle essuya ses yeux et regarda, un satyre était là, qu’elle n’avait pas entendu marcher.

Car elle n’était plus semblable à Phoebé. Elle avait perdu sa virginité. Les satyres n’auraient plus peur d’elle.

D’un bond, elle fut sur ses pieds et recula effarouchée.

L’oegipan lui dit doucement :

« Qui est -tu ?

— Je suis Lêda », répondit-elle.

Il se tut un instant, puis reprit :

« Pourquoi n’es-tu pas comme les autres nymphes ? Pourquoi es-tu bleue comme l’eau et la nuit ?

— Je ne sais pas ».

Il la regardait très étonné.