Page:Louÿs - Le Crépuscule des nymphes, 1925.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


que celui qui s’y engage ne peut plus s’en dégager. Mais j’ai pensé à toi, fils d’Aegée Pandionide, et dans l’intervalle de mes seins je t’apporte le salut ».

Elle glissa la main dans sa tunique, et en tira un peloton vert.

« Voici, dit-elle. C’est mon fil de Milet. Il est fin comme un de mes cheveux, et long comme le tour de l’île. Avec lui j’aurais tissé des chemises vertes pour toutes les nymphes de cette forêt, ou un voile flottant pour la mer. Prends-le. Tu le dévideras tout entier jusqu’au séjour reculé du Monstre. Et tu le suivras pour revenir vers le jour ».

Elle se tourna du côté des victimes.

« Allez, cria-t-elle. Vous êtes sauves ».

Elles s’enfuirent. Myris ne partit point.