Page:Louÿs - Le Crépuscule des nymphes, 1925.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


t’es sauvée comme une chèvre folle ? Je ne te plaisais pas hier soir et je te plais ce matin, sans raison ? Tu as des caprices singuliers ».

La pauvre fille se tut, puis fondit brusquement en larmes et appuya le long d’un arbre son petit corps nu secoué de sanglots.

Plus que tous les ennuis, Biôn détestait les scènes touchantes. Il frappa du doigt l’épaule de l’enfant, et lui dit :

« Adieu. Retourne chez ton père. Tu lui feras plaisir ».

Et il s’en alla tranquillement.

Mais elle courut à lui. Elle le prit par son manteau, par ses bras, par son cou et dit à la hâte :

« J’irai où tu iras, je t’aimais hier comme aujourd’hui, je n’ai jamais aimé personne, je n’aime que toi, je n’aimerai que toi… Je suis partie hier parce que