Page:Luzel - Contes populaires, volume 3, 1887.djvu/332

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


talents, il est peu de choses que nous ne puissions faire.

Les cinq autres frères approuvèrent l’avis du plus jeune, le devineur, et celui-ci reprit alors :

— Eh bien ! je vous propose d’entreprendre la délivrance de la Princesse aux Cheveux d’Or, qui est retenue captive par un serpent, un monstre hideux, dans son château d’or, suspendu par quatre chaînes d’or au-dessus d’une île, qui est au milieu de la mer.

— Allons délivrer la Princesse aux Cheveux d’Or ! crièrent les cinq frères sans hésiter.

— Pendant mon séjour chez le magicien, reprit le devineur, j’ai appris dans ses livres comme il faut s’y prendre, pour réussir dans une entreprise si difficile. Écoutez-moi donc bien et je vais indiquer à chacun de vous quel sera son rôle et ce qu’il devra faire. Notre frère le constructeur de bâtiments nous conduira dans l’île, au-dessus de laquelle est suspendu le château. Il y a là, entre les quatre chaînes d’or qui retiennent le château, une grande cloche, qui sonne d’elle-même, dès que quelqu’un débarque dans l’île. Quand le serpent entend sonner la cloche, il quitte son château et vient planer au-dessus de l’île (car il a des ailes), et s’il y aperçoit un être animé, homme ou bête, il lance contre lui des torrents de feu, et, en un instant, il le réduit en cendres. Notre pre-