Page:Luzel - Gwerziou Breiz-Izel vol 2 1874.djvu/234

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 219 —


CLAUDINE CABON
Première version
________


I

Claudine Cabon disait
À sa mère, en arrivant à la maison :

— Je ne sais ce que j’ai fait aux jeunes filles
Pour qu’elles me regardent de la sorte [1],

En disant : — Voyez Claudine Cabon,
La plus jolie jeune fille qui soit en Léon !

Claudine Cabon disait
À son père, en arrivant à la maison :

— J’ai eu un tablier neuf,
Et c’est le cadet de Lesmeur qui l’a payé.

— Retournez lui votre tablier,
Et prenez garde qu’il ne vous coûte trop cher !

II

Claudine Cabon souhaitait le bonjour,
En arrivant à Lesmeur :

— Bonjour et joie à tous dans cette maison,
Le cadet de Lesmeur où est-il ?

— Il est allé au jardin, Claudine,
Pour attendre que le dîner soit prêt.

………………………………………………………

— Venez avec moi, Claudine, ma maîtresse,
Pour goûter les pêches ;

Pour goûter les pêches…
J’ai entendu dire que vous êtes enceinte ?

— Si je suis enceinte, vous le savez bien,
Nul autre n’en est cause que vous-même ;

  1. Locution bretonne difficile à traduire littéralement.