Page:Luzel - Gwerziou Breiz-Izel vol 2 1874.djvu/240

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 225 —


CLAUDINE CABON
ET LE CADET DE LEZVEUR


Seconde version
________


I

  Claudine Cabon disait,
En montant son escalier :
— Que m’est-il donc arrivé ?
Mon corset ne lace plus !

  Mon corset ne lace plus,
Je voudrais le voir dans le feu !
Je voudrais le voir dans le feu,
Et être aussi mince que quand il fut fait !

  Claudine Cabon disait,
Disait un jour à sa mère :
— J’ai eu un tablier neuf,
Et c’est le cadet de Lezveur qui l’a payé.

  — Retournez-lui le tablier,
Et prenez garde qu’il ne vous coûte trop cher !
Je vous achèterai des tabliers à fleurs,
Plus beaux que ceux du cadet de Lezveur.

II

  Claudine Cabon disait,
En arrivant chez le cadet de Lezveur :
— Reprenez, Monseigneur, votre tablier,
Je suis venue vous le rapporter.

  — Claudine Cabon, ma maîtresse,
Venez avec moi goûter les pêches ;
Venez avec moi goûter les pêches,
On m’a dit que vous êtes enceinte.

  SI vous êtes enceinte, avouez-le,
Et jetez-en la faute sur mon jeune clerc.
— Si je suis enceinte, c’est de vous,
Nul autre n’en est cause que vous-même.