Page:Luzel - Soniou Breiz Izel vol 2 1890.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



   Des gouttes de soupe au lait
Il me donne souvent ;

   De l’eau-de-vie, dans un verre,
Du tabac, dans une tabatière...

   Combien est meilleure la condition
Du maître que celle du valet ?

   — Le maître porte le bonnet (de cocu),
C’est le valet qui en est cause.

    — Et combien est meilleur (le sort)
Du renard que (celui) du blaireau ?

   — Le blaireau fouit la terre,
Le renard étrangle la poule.


Chanté par Marguerite Philippe.
__________


LA SERVANTE DU RECTEUR
____


   Le premier métier que je fis,
Fut de porter du papier timbré ;
Fut de porter les lettres,
A Morlaix, par les rues.

   Et le second métier que je fis,
Fut de balayer là où ce n’était pas propre ;
De balayer sur le pavé la boue,
Et c’est là l’état d’un Normand.

   Je trouvais des deniers, des liards ;
Un habit neuf j’avais eu,
Un habit neuf violet,
Comme en portent les jeunes gens.

   Chercher de l’eau, je le faisais aussi,
Il faut bien gagner sa vie.
Près de la fontaine quand j’arrivai,
Une jeune fille, là, je vis.