Page:Luzel - Soniou Breiz Izel vol 2 1890.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



   Et y mettre quatre espèces de plantes :
Mélancolie, jalousie et tourment ;

   Et l’herbe de la patience,
Et aller souvent la visiter.

   Les jeunes gens s’imaginent
Qu’il tombe de l’or jaune du haut des arbres ;

   Qu’il tombe de l’or jaune du haut des arbres,
Quand ce sont les feuilles jaunies ;

   Quand ce sont les feuilles jaunies
(Qui tombent), pour faire place aux feuilles nouvelles.


Chanté par Joseph Le Braz, Pleyben. — sept. 1889.
__________


LE CLERC MARIÉ
____


I

   (C’est) une jeune fille de Hengoat, laquelle a fait la vaniteuse ;
Comme elle était fille de bonnes façons, chacun la recherchait.
Il venait la voir des jeunes gens de toute condition,
Des meuniers, de jeunes clercs, des tailleurs d’habits.

Cette fille-ci a pour se vêtir des vêtements noirs, des vêtements blancs,
Des mouchoirs de Flandre à se mettre au cou ;
Des mouchoirs de Flandre à se mettre au cou,
Des coiffes de batiste pour enserrer ses blonds cheveux.

II

   — Maintenant que je suis mariée, un clerc j’ai eu,
Grâces en soient rendues au recteur, qui a fait nos bans !
Un tout jeune clerc, qui ne sait pas labourer...
Oh ! oui, par la grâce de Dieu, nous ferons bon ménage.

   Maintenant il vendra ses livres, partie de ses effets,
Et il achètera bêche et hoyau, pour apprendre à labourer.
   — Point ne vendrai mes livres, ni non plus mes effets ;
Je n’achèterai ni bêche ni hoyau, pour apprendre à labourer ;