Page:Luzel - Soniou Breiz Izel vol 2 1890.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



JEAN COCU.
____


Oh ! c’est moi qui suis le plus grand cocu qu’il y ait jamais
__________________________________________ eu au monde !
J’ai gagé un domestique pour coucher avec ma femme !
_________________O iaou ! hélas !
_______________C’est moi Jean-Jeannot !
_________________O iaou ! hélas !
_______________C’est moi Jean, hélas !

C’est mon domestique principal qui a les crêpes graissées,
Et moi,j’ai celles qui sont sèches, heureux encore de les avoir !
_________________O iaou ! hélas !... etc..

Et le dimanche matin, quand on met la viande dans le pot,
On me donne un os, oh ! oui, pour ma part.
_________________O iaou ! hélas !... etc..

Quand je suis allé dans mon lit, que j’ai chauffé ma place,
Je suis obligé de me lever, pour laisser la voie libre au
___________________________________ domestique principal !
_________________Oi iaou ! hélas !... etc..

__________


LE PAUVRE JEANNOT.
____


C’est moi le pauvre Jeannot, le pauvre Jean, hélas !

_____Ma femme et le chef-domestique
_____Mangent la bouillie de froment et la farce :
Moi, je n’ai que de l’eau bouillie avec la tète du chat dedans !

C’est moi le pauvre Jeannot, le pauvre Jean, hélas !

_____Ma femme et le chef-domestique
_____Font des enfants, tant qu’ils peuvent ;
Et c’est moi, le pauvre Jeannot, qui suis obligé de les nourrir !