Page:Mélanges de littérature française du moyen âge.djvu/217

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LA LÉGENDE DE l'LPlN « LE BREl- » 213

tion, destiné à jeter de l'odieux sur les compétiteurs du jeune Charles et h montrer dans quel péril et dans quel abandon il se trouve jeté à la mort de son père.

Pépin, d'après la tradition épique, laissa quatre enfants : les deux bâtards Heldri et Rainfroi, Charles, et une fille, appelée tantôt Gisle et tantôt Berte, et à laquelle les textes donnent pour mère tantôt la vraie Berte, tantôt la fausse ' : c'est elle qui fut la mère de Roland, qu'elle eut, suivant les traditions diverses, soit de son propre frère Charles, soit de Milon d'Anglers-. Il est curieux qu'un texte fort étranger au cycle des Lorrains donne à cette fille ce même nom de Baqueheut que l'un des derniers poèmes de ce cycle attribue comme premier nom à la seconde femme de Pépin \

��VI

��L'intérêt que peuvent offrir les recherches qu'on vient de lire, outre le jour qu'elle jettent sur tel ou tel épisode de notre ancienne épopée et notamment sur le souvenir incertain et con- fus qu'avait laissé la substitution des Carolingiens aux descen- dants de Clovis, est du même ordre que celui qui s'attache aux grands travaux consacrés dans ces derniers temps à l'histoire de cette épopée dans sa période la plus ancienne, antérieure par son sujet à l'époque de Charlemagne et même de Pépin. On voit que non seulement le roi Pépin a été l'objet de chants épiques qui avaient certainement pour point de départ des faits réels de sa vie (comme ses guerres de Saxe), et qu'il est devenu, grâce à eux, assez célèbre pour attirer à lui des récits qui ne s'appuyaient pas sur son histoire, mais encore que sous le nom

��1 . Aucun texte ne dit qu'il ait eu d'enfants de sa femme Blanchefleur.

2. Voyez Hist.poi'L, p. 407 [et note additionnelle del'édit. de 1905] ; Roii/a- nia, t. II, p. 363 ; La Vie de saint Gilles, p. p. G. Paris et A. Bos, p. lxxv.

3. Aqiiin, p. p. Joûon des Longrais, v. 1002 (cf. Feist, /. c, p. 22). D'autres sœurs de Charlemagne sont mentionnées dans divers romans ; elles sont énumérées à la p. 414 de VHistoire poétique de Cbarlemai^ue.

�� �