Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 15.djvu/367

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DEUXIÈME MÉMOIRE

sur

LES RÉSÉDACÉES.

Par M. AUGUSTE DE SAINT-HILAIRE.




DU GYNÉCÉE.




§ Ier.[1]


Après avoir fait connaître les cinq verticilles qui entourent l’ovaire, je crois devoir donner quelques détails sur ce dernier organe.

On a répété que la capsule du Reseda, dans les espèces où elle est simple, s’ouvrait par le sommet. Ce fait est incontestable sans doute, mais il ne suffirait pas pour donner une idée juste du fruit dont il s’agit ; aussi, M. de Tristan ne s’est-il point contenté de l’indiquer.

  1. Ce mémoire a été achevé longtemps avant que MM. Guillard donnassent connaissance de leurs observations. S’il renferme des erreurs, l’auteur les soumet à la rectification des botanistes. Pour ce qui a rapport dans ce nouveau travail aux parties de la fleur autres que les organes femelles, il sera bon que le lecteur consulte le premier mémoire.