Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 5.djvu/355

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


réfléchie sur la seconde surface de la lame d’air dépend du chemin parcouru dans cette lame ; mais elle n’explique pas les variations de la réflexion produite par la première surface : or l’expérience démontre que les parties obscures des anneaux ne résultent pas seulement de l’affaiblissement de la seconde réflexion, mais encore de celui de la première. Pour s’en convaincre, il suffit de placer un prisme sur une glace dont la surface inférieure a été noircie de sorte que l’œil ne reçoive de lumière sensible que celle qui est réfléchie par les deux surfaces de la lame d’air comprise entre ces deux verres. Si on les dispose de façon que le prisme dépasse la glace, et que le point de contact se trouve vers l’extrémité de celle-ci, on pourra alors comparer aisément les anneaux obscurs à la partie de la base du prisme qui dépasse la glace, et n’envoie à l’œil que le produit d’une seule réflexion or l’on verra en se servant de lumière homogène, que cette partie du prisme est beaucoup plus éclairée que les anneaux obscurs qui ne peuvent plus ainsi être considérés comme résultant seulement de la suppression de la réflexion inférieure, mais encore d’une diminution considérable de la réflexion supérieure, particulièrement dans les points les plus sombres du premier et du second anneau où toute réflexion paraît éteinte, lorsque les verres sont bien polis, et que la lumière incidente est suffisamment simplifiée. II est évident que, s’il n’en est pas de même des autres anneaux, cela tient uniquement au défaut d’homogénéité de la lumière. Mais, si l’on ne parvient pas à y produire un noir complet, on peut aisément, jusqu’au sixième ordre même, les rendre assez obscurs pour mettre en évidence l’affaiblissement de la réflexion supérieure.

Ce phénomène me paraît difficile à expliquer dans la théorie newtonienne. Dira-t-on que les molécules lumineuses en arrivant à la surface du prisme, se trouvent attirées par la glace ? On pourrait admettre à la rigueur cette hypothèse pour