Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 5.djvu/547

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
5
partie mathématique.

molécule B pour cet objet est proportionnelle à ce calorique et au calorique de la molécule A, qui lui est égal. Je fais ainsi le rayonnement proportionnel au produit du carré de ce calorique par le nombre des molécules environnantes, ou par la densité du gaz. En égalant ce rayonnement à l’extinction qui, comme on vient de le voir, est le produit d’une constante par la température, on voit que le nombre des molécules du gaz, multiplié par le carré de leur chaleur propre, est proportionnel à la température. Ce rapport montre que, la température restant la même, la chaleur propre de chaque molécule est réciproque à la racine carrée de la densité du gaz dans ses diverses condensations ; d’où il suit que, par la pression, il doit développer de la chaleur. On conçoit, en effet, que le rapprochement des molécules d’un gaz par la pression et sur-tout par son changement en liquide doit, en augmentant la force répulsive de la chaleur, en dissiper une partie.

Maintenant, si, dans l’expression donnée ci-dessus de la pression du gaz, on substitue au produit du nombre des molécules par le carré de la chaleur propre à chaque molécule, la température multipliée par un facteur constant, on aura cette pression proportionnelle au produit de la température par le nombre des molécules du gaz renfermées dans l’espace pris pour unité.

Cette proportionnalité donne les deux lois générales des gaz. On voit d’abord que, la température restant la même, la pression est proportionnelle au nombre des molécules du gaz, et par conséquent à sa densité. On voit ensuite que, la pression restant la même ce nombre est réciproque à la

    fiques, et dont les liquides soumis à l’action de la lumière et de la chaleur offrent des exemples, ne peuvent-ils pas occasionner leur rayonnement, en faisant varier alternativement l’action répulsive du calorique des molécules qui environnent chaque molécule du gaz, sur le calorique de cette molécule.