Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 5.djvu/776

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
234
histoire de l’académie,

uniforme environ soixante-dix mille lieues dans l’intervalle d’une seconde ; elle se réfléchit à la surface des corps ; une partie de ses rayons pénètre les substances diaphanes ; elle se décompose en rayons colorés homogènes, inégalement réfrangibles.

Lorsqu’un rayon de lumière traverse certains cristaux, il se partage en deux faisceaux distincts ; c’est ce qui constitue la double réfraction. La loi de ce phénomène a été déduite des observations par Huyghens, et M. de Laplace l’a ramenée aux principes généraux de la mécanique rationnelle.

Chacun des deux rayons réfractés acquiert, dans l’intérieur du milieu cristallisé, une disposition spéciale que l’on a désignée sous le nom de polarisation, et qui a un rapport singulier et constant avec la situation des élémens des cristaux. Cette propriété devient manifeste lorsqu’un rayon polarisé tombe obliquement sur la surface d’un corps diaphane qui en réfléchit une partie : car les effets de la réflexion et de la transmission sont très-différens, et en quelque sorte opposés, selon que la surface se présente au rayon de différens côtés.

M. Malus a étudié ce genre de phénomènes avec une persévérance admirable ; et ce sont ses nombreuses et ingénieuses découvertes, et les expériences de MM. Wollaston et Young, qui ont imprimé un nouveau mouvement à l’optique et ont déterminé ses derniers progrès.

On doit à M. Arago la découverte de la polarisation colorée. Ses recherches, qui ont perfectionné toutes les autres parties de l’optique, ont un caractère remarquable, en ce qu’elles donnent à cette science des instrumens nouveaux qui reproduisent et perpétuent l’utilité des expériences. C’est ainsi que, par l’observation des phénomènes de la polarisation colorée, il a pu comparer les rayons qui partent des bords du disque apparent du soleil à ceux qu’envoie le centre de cet astre. Il en est de même des effets de la diffraction, dont