Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 5.djvu/839

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
297
partie mathématique.

différentes. Il a mis, depuis, cette double réfraction en évidence par une expérience directe communiquée à l’Académie. Dans cette expérience il a obtenu deux images distinctes et polarisées du même point de mire, en le regardant à travers une pile de prismes de verre comprimé. Les détails de cette expérience ont été publiés dans le cahier des Annales de chimie et de physique du mois d’août 1822.

À la fin de cette note, il annonce d’avance les caractères distinctifs de la double réfraction toute particulière que la lumière devait subir en traversant le cristal de roche parallèlement à son axe, et les a vérifiés depuis par des expériences qui font d’objet d’un mémoire présenté à l’Institut le 9 décembre 1822, et dont il a été publié un extrait dans le Bulletin des sciences de la Société philomathique du même mois. Selon M. Fresnel, une double réfraction semblable doit exister aussi, mais à un degré beaucoup plus faible, dans les liquides où M. Biot a découvert des phénomènes de polarisation colorée analogues à ceux que présentent les plaques de cristal de roche perpendiculaires à l’axe. M. Fresnel n’a jusqu’à présent vérifié l’existence de cette double réfraction dans ces liquides, que par des procédés d’interférence ; tandis qu’il l’a démontrée dans le cristal de roche, en séparant en deux faisceaux distincts, au moyen d’un prisme très-obtus, les rayons qui traversent le cristal suivant des directions à peu près parallèles à l’axe. Ces deux faisceaux présentent toutes les apparences de la lumière ordinaire ou directe, quand on les fait passer au travers d’un rhomboïde de spath calcaire, c’est-à-dire qu’ils donnent toujours chacun deux images d’égalé intensité, dans quelque sens qu’on tourne la section principale du rhomboïde, et n’offrent ainsi aucun indice du genre de polarisation qui accompagne toutes les doubles réfractions observées jusqu’à présent ; ils ont reçu