Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 5.djvu/893

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
351
partie physique.

mable assez abondante pour se laisser recueillir en la raclant, et que l’auteur suppose analogue aux diverses sortes de cires qu’exhalent des végétaux d’autres familles, tels que le myrica cerufera de l’Amérique septentrionale, et le ceroxylum andicola découvert dans les Cordillières par MM. de Humboldt et Bonpland.

Cette plante, dont les graines ont été adressées à M. Delile par M. Jacquin est nommée, par ce savant botaniste, beninaza cerifera.


Les grands ouvrages de botanique se continuent avec une courageuse persévérance. M. de Humboldt, qu’aucune difficulté n’arrête dans la vaste entreprise à laquelle il consacre depuis vingt-cinq ans ses talens et sa fortune, a conduit pendant cette année à la dixième livraison sa superbe collection des mimoses et à la vingt-deuxième celle des genres et des espèces nouvelles de la zone torride, qu’il publie avec M. Kunth.

M. Kunth a donné en un volume in-8.° le Synopsis ou tableau général où l’on voit d’un coup-d’œil tous les genres et toutes les espèces, produits des immenses recherches de M. de Humboldt.

M. du Petit-Thouars a fait paraître cent planches et le commencement d’une histoire des plantes de la famille des orchis, qui doit faire partie de la Flore des îles de France et de Bourbon, à laquelle ce savant botaniste travaille depuis long-temps.

M. Kunth a publié le premier volume d’un traité où il reprend et examine de nouveau les caractères des genres de la famille des mauves, et de celles des buttnères et des tiliacées ; et feu M. Richard, que l’Académie a perdu dans le courant de cette année, avait laissé un écrit sur la famille des balanophorées, qui n’a pu nous être présenté que par son fils,